Chroniques récentes


c4c56a1309fcd5ef38c1098bab5b13aa.jpg

Résultat de recherche d'images pour "10 18 femme insigne" Résultat de recherche d'images pour "désorientale" Couverture Arte, tome 1 Couverture Agnès Sorel maîtresse de beauté

dimanche 15 février 2015

Des cornichons au chocolat

Information



Genre: Littérature contemporaine, Autobiographie fictive
Parution d'origine: 1983
Edition: Le livre de poche
Parution de l'édition: 2006
Nombre de pages: 251
Auteur: Philippe Labro
Prix indicatif: 5.60 Euros

Résumé

"Publié en 1983 sous le pseudonyme de Stéphanie, "Des cornichons au chocolat" est devenu un livre culte. Toute une génération s’est identifiée à cette adolescente de treize ans : sa solitude et sa révolte, son regard dérangeant sur les adultes, l’école, le travail, et son goût discutable pour les sandwiches aux cornichons et au chocolat… En réalité, le véritable auteur de ce livre n’est autre que le romancier Philippe Labro qui a décidé, vingt-quatre ans plus tard, de revendiquer ce « roman caché », d’autant qu’il constitue le premier volet d’une trilogie féminine poursuivie avec Manuella puis avec Franz et Clara. Les lecteurs et les lectrices reconnaîtront certainement, dans ce « témoignage », la patte du célèbre romancier qui a su, avec une réelle justesse de ton, se mettre dans la peau d’une adolescente. On n’oublie pas facilement Stéphanie…"

Mon avis

Plaisant au début mais décevant au final. Surtout quand j'ai compris, trouvant l'écriture trop mature pour une enfant de treize ans et voulant voir si c'était bien Stéphanie qui l'avait écrit, que la Stéphanie en question n'existait pas du tout. Ce n'est autre que Philippe Labro qui a fait croire a un journal intime réel alors que ce n'est que de la fiction écrite par lui-même! Cela m'a donc déçue au plus au point et la lecture m'en a laissée un goût amer, avec l'impression d'avoir été trompée... 
Il faut savoir que j'ai lu ce roman avec une édition de 2006, où rien n'indiquait que Philippe Labro était le réel auteur du livre. Je ne m'étais pas renseignée plus que ça sur l'oeuvre, avant ma lecture, ne pensant pas que je ferais cette découverte, celle de savoir que ce journal n'était que pure fiction. 
Les aventures de la jeune fille paraissent en plus irréaliste, alors pour un journal qui se veut réel, c'est plus que dommage. Cela rend l'histoire abracadabrante. Pourtant, au début, c'était bien parti mais au fur et à mesure de la lecture, il lui arrive beaucoup trop de choses qui, à mon sens, ne pourrait pas être raconté ainsi par une fille de cette âge et encore moins vécue (l'histoire de cette fugue rocambolesque, des parents plus que laxiste [ceci existe, je n'en doute pas, mais le portrait dépeint ne me semble pas vraiment réaliste], même quand elle fugue, elle ne se fait pas plus réprimander que cela, et j'en passe....). 
La plume est beaucoup trop adulte cela se sent, et cela rend donc l'histoire quelque peu indigeste. 
Labro a voulu se mettre dans la peau d'une adolescente de treize ans, mais ne s'en sort aucunement avec brio, mais plutôt avec fiasco.

Ma note

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci de votre passage. N'hésitez pas à laisser un petit mot par ici.