Chroniques récentes


c4c56a1309fcd5ef38c1098bab5b13aa.jpg

Résultat de recherche d'images pour "10 18 femme insigne" Résultat de recherche d'images pour "désorientale" Couverture Arte, tome 1 Couverture Agnès Sorel maîtresse de beauté

vendredi 22 janvier 2016

Les transparents

Informations

Les transparents  par Ondjaki

Genre : Littérature Contemporaine
Parution de la version originale : 2012
Edition : Métaillé
Parution de l’édition : 20 août 2015
Nombre de page : 368
Langue d’origine : Portugais
Auteur : Ondjaki
Traducteur : Danielle Schramm
Prix indicatif : 21 Euros

Résumé

« Une source d’eau douce, ou une fuite intarissable, s’est ouverte au premier étage d’un vieil immeuble du centre de Luanda. Les habitants s’y retrouvent pour un moment de conversation et de repos. Ce sont des gens simples qui partagent leurs vies et leurs souvenirs, ce sont des personnages surprenants et complexes qui ont des désirs, des rêves, des peines. Ils racontent leurs histoires, la guerre, et pensent à l’avenir. Il y a Odonato qui a la nostalgie de la Luanda d’autrefois, il a cessé de manger pour laisser la nourriture à ses enfants et est en train de devenir transparent. Il y a Amarelinha sa fille, la brodeuse de perles, qu’aimerait approcher le jeune MarchandDeCoquillages, toujours accompagné du bruit de son sac de marchandise et de l’Aveugle qui le suit. Il y a MariaComForça, qui vend du poisson grillé, et son mari le débrouillard qui monte une salle de cinéma sur le toit de l’immeuble. Le Facteur qui distribue ses lettres de protestation et réclame une mobylette à tous les représentants d’une autorité quelconque. Et Paizinho, le jeune garçon qui cherche à la télévision sa mère dont il a été séparé par la guerre. L’immeuble abrite aussi des journalistes, des chercheurs, des contrôleurs, tous intéressés par les richesses naturelles du pays et le développement de la grande ville africaine : pétrole ou eau potable, corruption ou bien public. Toutes ces histoires tissent la toile de fond d’une Angola en cours de transition brutale entre sa culture traditionnelle et la modernité. L’écriture d’Ondjaki, entre ironie tranquille et critique intelligente, imagination poétique et habileté narrative, emporte le lecteur séduit dans cette aventure. »

Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Métaillé, grâce à qui j'ai pu acquérir l'ouvrage, lors de la dernière Masse Critique. J'ai eu beaucoup de mal à avancer dans ce livre. J'ai essayé de me forcer à le finir, mais sans succès, je l'ai abandonné au bout d'une centaine de pages....

Pourtant, le titre m'avait tout de suite accroché, ainsi que le résumé mais une fois le livre ouvert et commencé, j'ai été bloquée. Bloquée tout d'abord à cause de l'écriture particulière de l'auteur, qui en plus n'use que peu de la ponctuation, ce qui est difficile pour se repérer. De plus, le style de l'auteur ne m'a pas plus, trop étrange à mon goût. Cependant, je reconnais que son écriture est poétique, malgré le fait que je n’apprécie point (chacun ses goûts me direz-vous).

Pour ce qui est de l'histoire, alors que le résumé me plaisait, elle ne m'a pas passionnée du tout, je ne suis pas du tout rentrée dedans. Pour vous dire, je ne pourrais même pas vous expliquer en détail de quoi il retourne, car je n'ai pas vraiment suivi, ayant vite oublié, tellement je n'ai pas aimé. Je peux juste vous dire que le livre se passe dans la ville de Luanda et qu'il traite de la guerre civile ayant eu lieu en Angola vers 1960 et qui ne s'est terminée il n'y a pas si longtemps.

Pourtant, cela me semblait intéressant, et même instructif, n'étant pas un sujet que je connaissais beaucoup. Le roman ne m'a pas plu, j'ai même abandonné au bout d'une cinquantaine de page, m'ennuyant ferme.

A mon avis, ce roman n'était pas du tout fait pour moi mais pourrait plaire à d'autre, très sûrement, d'autres aimant plus la littérature contemporaine que moi. Pour ma part, ce n'était sûrement pas le livre idéal pour me plonger plus avant dans ce genre littéraire-ci, que je n'ai pas encore beaucoup exploré).

En bref, un roman qui plaira aux férus de littérature contemporaine, aimant les styles originaux. Si vous aimez les romans qui avancent doucement, avec une ambiance toute particulière et étrange, sur un fond historique, tentez, sinon, mieux vaut passer votre chemin, comme moi.

Ma note


Et vous, l'avez-vous lu? Si oui, qu'en avez-vous pensé? Avez-vous envie de le lire si non? N'hésitez pas à me faire part de votre avis dans les commentaires.

A tout bientôt,
Littérairement vôtre,
Nimgarthielle

2 commentaires :

  1. Haaan bizarre, le titre et la couverture ont l'air bien sympa ! Mais l'Angola, ce n'est pas mon truc.

    J'aime bien le contemporain mais je suis un peu plus sélective et d'après ce que tu écris, il ne sera pas apprécié chez moi. Courage à l'auteur cependant ! o/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce sur quoi j'ai flashé justement :)! Mais, au final, je me méfierais plus avant par la suite, et j'eusse du lire plus qu'en diagonale le résumé (tellement emballée par le début du résumé, la couverture et le titre, que je l'ai choisi)....

      Et c'est bien de l'être, car je ne le fus pas assez et du coup....déception.. Enfin, j'aurais essayé! Mieux vaut pas en effet que tu le lises ^^. Ouaip, courage à lui. Mais, il a eu des très bonne critique ailleurs, comme quoi, les goûts et les couleurs!

      Supprimer

Merci de votre passage. N'hésitez pas à laisser un petit mot par ici.